Je me suis fabriqué un treuil pour pouvoir m’ancrer dans le lac du Bourget à une profondeur de 100m. Cela est bien pratique pour la pêche (l’idée ne vient pas de moi).

Pour ce faire, il faut utiliser le moyeu d’une roue de mobylette avec un frein tambour. Vous avez sûrement une vieille mob qui traîne dans le coin. Moi j’ai préféré m’en acheter un neuf que j’ai trouvé sur la mobylette.net.

J’ai ajouté deux flasques en alu pour augmenter le diamètre que j’ai fixé avec des vis métrique (j’ai triché, j’ai fait découper les flasques sur une découpe laser).

J’ai utilisé une barre en alu pleine pour le mat. Je l’ai simplement percée et fixée à l’axe du moyeu avec l’écrou. J’ai rajouté une autre barre pour faire levier sur le frein.

Sur le bateau, c’est un trou carré en alu pour recevoir la barre.

Pour la poignée, c’est une poignée de perçeuse qui tourne sur son axe pour éviter les ampoules !

Enfin pour le câble, j’ai trouvé dans le magasin de pêche du coin. C’est un fil de nylon de diamètre 4mm. C’est vendu en bobine de 100m et c’est très solide. J’ai fait sertir le bout dans un magasin de voile de bateau qui possède une machine à sertir.

J’ai rajouté un émerillon pour éviter que le câble vrille. Ne pas oublier également d’attacher l’extrémité du câble au treuil au cas où il arriverait en bout de course et pour éviter que votre ancre parte à l’eau.

Il me reste juste à attacher la chaîne et l’ancre quand je vais pêcher. Ça marche super bien. Il faut quand même que ça reste costaud car ça tire beaucoup quand il faut remonter l’ancre.

L’autre avantage c’est qu’on peut jeter l’ancre à la verticale et éviter les bidons accrochés à la corde comme on peut voir souvent. L’hameçon ne se prend pas dans du nylon.

Pour les plus bricoleurs, ils font également une poignée débrayable pour faciliter la rotation de la bobine lors du déroulement et éviter de se prendre la poignée dans la tronche, mais moi j’avais la flemme et ça va bien comme ça.

 

 

 

 

Restauration d’une barque Stratline modèle Anguille 470 LCE de 1977 en fibre.

 

 

J’ai commencé par la coque. Léger ponçage de l’antifouling existant et de la partie non immergée de la coque : ponçage à l’eau , à la main, au grain 80. Le grain 80 est un peu gros, mais j’avais du papier usé. Les courbes du bateau m’empêchent de poncer à l’orbitale, mais ça marche très bien à l’eau et pas de poussière.

 

 

Puis nettoyage et rebouchage de certain poc.

 

Passons à la peinture. J’ai utilisé "International Toplac" en blanc. J’ai passé 3 couches, espacé de 24h. Achetée sur SVB-marine.fr. Le moins cher que j’ai pu trouver.

 

 

 

Pour l’antifouling, "International Ultra UE" en rouge. Attention à bien mélanger avec un bâton car le produit traitant reste au fond du pot... J’ai utilisé également un rouleau mousse pour peindre. Le résultat est impeccable et brillant. Attention, je peins avec un masque spécial pour peinture. L’antifouling est particulièrement toxique et les autres aussi.

 

 

 

 

Pour l’intérieur, ponçage à la main, ponceuse orbitale et ponceuse delta. C’est très très long et fatiguant. J’ai poncé jusqu’à l’ancien gel coat sans le poncer bien entendu. Facile dans mon cas car le bateau est marron d’origine.

 

 

 

 

Puis peinture "International Toplac" en gris. Idem au rouleau et 2 couches. Achetée sur SVB-marine.fr. Le moins cher que j’ai pu trouver.

 

 

 

Enfin montage de la nouvelle visserie inox et les accessoires. Visserie achetée sur bricovis.fr. Très pratique. Les autocollants sur stickair.com, de bonne qualité.

Voilà le résultat.

 

 

 

J’ai passé 56 h de restauration environ.

En détail :

- 4 h de démontage de matériel

- 4 h de ponçage de coque

- 2 h de mastique de coque avec ponçage

- 7 h de peinture de coque avec préparation des bâches

- 14 h de ponçage intérieur

- 6 h de peinture intérieur

- 19 h de remontage nouveau matériel et nouvelles visseries inox

Expérience sur un abri de jardin "Malo" de Leroy Merlin. (Mars 2015)

Mon but était de ne pas payer trop cher et d'avoir un minimum de qualité.

En regardant du côté de la loi, pour résumer, on nous autorise à construire un abri de jardin sans déclaration de travaux si il ne dépasse pas 5m² hors tout (hors toute toiture extérieure et non surface au sol) et qu'il ne soit pas en zone classée ou secteur sauvegardé. (cf service-public.fr en date du 30/03/2015).

Citation:

"Surface de plancher et emprise au sol inférieures ou égales à 5m² + hauteur inférieure ou égale à 12m + en dehors des secteurs sauvegardés et sites classés" = aucune obligation déclarative.

Bien sûr on ne trouve pas d'abri de 5m² hors tout déjà tout fait. J'ai donc opté pour l'abri de jardin "Malo" de Leroy Merlin. La surface hors tout est 5.65m². J'ai donc recoupé 25cm sur l'arrière pour arriver à 4.95m² hors tout. J'ai refait tous les assemblages comme existant (assemblage madrier).

Voici mon bout de terrain.

 

J'ai commencer par décaisser le terrain plus grand qu'il en faudrait pour faciliter la pose de niveau des dalles.

 

Ensuite une bonne couche de sable, environ 3 cm pour faire le niveau.

 

J'ai opté pour des dalles 50x50cm, épaisseur 4cm. J'ai pas mis assez de sable et j'ai pas décaissé assez grand. Du coup mes dalles ne sont pas trop de niveau. J'ai donc bien galéré à tout bien remettre.

 

Voilà la fameuse palette avec l'abri. Le produit emballé fait 235 x 120 x 40cm pour un poids de 240kg. J'ai loué le camion Leroy Merlin, ça m'a coûté 35€. La livraison m'aurait coûté 60€. Je pense qu'avec une bonne voiture, j'aurais pu la dépiauter et la charger.

 

On passe au traitement du bois (insecticide + fongicide), deux couches espacées d'une heure. C'est long... (environ 15L pour les deux couches)

Pour la lasure, une couche avant montage. C'est très long...

 

 

On passe au montage. Une journée tout seul pour monter. Les coupes des madriers rentrent moyen moyen... Je pense qu'ils n'ont pas prévu le fait que traiter le bois et passer une première couche de lasure fait gonfler légèrement le bois. Au moins, le travail est bien fait.

Le revêtement du toit, est de mauvaise qualité et fragile. Dans le manuel, il est bien écrit qu'il est provisoire. Je le changerais plus tard avec une imitation tuile en pvc.

Ensuite on passe la deuxième couche de lasure. (Environ 4 à 5L pour les deux couches)

La quincaillerie prend un peu de temps et n'est pas de super qualité. J'ai opté pour une poignée plus sympa que celle fournie.

 

 

 

 

Voilà pour le moment. Je donnerais des nouvelles au fur et à mesure des années.

 

Mise à jour: Août 2017:

J'ai modifié le toit avec des plaques imitations tuiles, rendu très sympa et très propre.

J'ai changé les fenêtres plexi par du vitrage feuilleté 6.76mm.

J'ai également ajouté des petites gouttières branchées sur un récupérateur d'eau (non présentes sur la photo).

J'ai fait un joint goudronné tout le tour pour éviter que l'eau ne rentre les jours de grande pluie (non présent sur la photo).

Pas mal de problème pour fermer le porte car elle se déforme beaucoup. En été elle monte, en hiver elle descend et la serrure ne tombe plus en face du trou.

La lasure du bas de la porte commence à se dégrader (non présente sur la photo).

 

Prochaine photo cet été 2018.